Les Pressoirs d’Epernon, un lieu historique d’envergure

Revenons un peu sur l’historique…

Tout commence grâce à la Reine Bertrade de Montfort, comtesse d’Anjou et reine des Francs qui a demandé à faire construire la salle des Pressoirs.

Elle a servi à l’époque de cellier pour les Dames de Haute Bruyère venant du prieuré de Haute Bruyère qui a été fondée au 12ème siècle par Amaury III de Montfort, seigneur d’Epernon, non loin de Saint Rémy l’Honoré.

Ces dames avaient le monopole du droit de minage à Epernon, plus précisément de la mesure des denrées, graines et légumes de la ville.

Pour cela, la salle était munie d’un minot, grand récipient en bois contenant 35 448 litres, ainsi que de deux pressoirs en bois qui servaient au pressage des raisins de vigne cultivé par les habitants, à condition que le 7ème seau revienne aux religieuses.

On peut apercevoir une petite porte, place du Change, en remontant la rue des Aironcelles. C’était le passage des céréales, légumes et raisins. Tout était mesuré dans la salle en ogive. En 1790, au début de la Révolution, l’édifice historique a été déclaré comme bien nationaux et vendu quelques années après à un boulanger pour 7 000 livres. Ensuite en 1845, le bâtiment changea une nouvelle fois de propriétaire mais cette fois-ci, c’est à la commune qu’il revient, elle s’en servira pour créer une école.

Petite anecdote : les vieux pressoirs ont été transformer en planches pour réaliser le plancher de la salle de classe de l’école.

La salle des pressoirs sera classé monument historique le 10 juillet 1926.

Et maintenant ?

La salle des pressoirs est utilisée par la ville notamment pour des manifestations diverses de type culturelles et associatives.

Les caractéristiques architecturales de la salle des pressoirs

Le bâtiment est composé de trois nefs qui est supposé par deux rangées de six piliers. Pour les dimensions, la salle a une longueur de 33m, une largeur de 13,20m et les clés de voûtes dominent à 4,95m du sol. Les piliers portent des chapiteaux octogonaux dont quelques-uns sont sculptés de feuilles.

Les nervures partent du sommet en croisée d’ogives (les ogives désignent des arcs en nervures diagonales qui se croisent) qui soutiennent la voûte. Le matériau qui a été utilisé pour construire le bâtiment est bien évidemment le grès typique de la région.

Pour rappel : le grès est une roche sédimentaire dure formée de sable dont les grains sont unis par un ciment.

Vous avez la possibilité de venir voir les pressoirs à travers une vitre sans être accompagné d’un guide. Un interrupteur se trouve sur votre droite pour illuminer la pièce et observer l’architecture.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :