Le parcours découverte de Droue sur Drouette

Les “Parcours découverte ”, mis en place par la communauté de communes des Portes Eureliennes IDF sont des promenades organisées autour des points d’intérêt des différentes communes. L’objectif est de faire découvrir aux visiteurs les sites remarquables des territoires qu’ils habitent ou qu’ils visitent. Des circuits courts (6/7 km pour le plus long ) avec chacun une thématique différente et jalonnés de panneaux explicatifs qui nous permettent de motiver les enfants 🙂 et de découvrir ce patrimoine naturel et bâti qui fait le charme de notre cadre de vie rural. L’équipe de l’Office de Tourisme vous emmène découvrir le parcours découverte de Droue sur Drouette ….

Nous l’avons déjà dis mais ces parcours ne sont pas des circuits de randonnées mais bien des balades, idéales pour une sortie du dimanche et s’aérer en famille ou entre amis.

Ce sont des boucles qui n’ont ni départ ni arrivée. On commence donc où bon nous semble. Il est souvent prévu et possible également de réduire la boucle pour un circuit plus court. Pour notre part, nous avons démarré notre balade à l’église de Droue sur Drouette .

Le parcours est ponctué de panneaux explicatifs, selon une thématique précise, ici à Droue sur Drouette le patrimoine industriel. Les panneaux sont ludiques et pour certains « interactifs » avec devinette et clapet à soulever. Idéal pour amuser les enfants et apprendre l’histoire de notre patrimoine local en s’amusant. En outre, l’objectif d’atteindre le prochain panneau est un bon challenge pour faire marcher les enfants, c’est une maman qui vous parle 🙂

Nous commençons donc notre balade à l’église, pour rejoindre assez vite le chemin des carriers.

Nous avons eu, un véritable coup de cœur pour ce passage : un large chemin sécurisé parfois bordé d’un muret, dans les bois et dominant la vallée de la Drouette.

Depuis longtemps, les carrières de grès furent exploitées dans la commune. La rivière la Drouette canalisée par
Vauban permettait de transporter le grès extrait des carrières pour les travaux de l’aqueduc de Maintenon entre
1685 et 1689. Mais la guerre arrêta les travaux en 1689. Pour les carrières, il a fallu attendre 1835 pour que localement on eût l’idée de faire des finances avec ces carrières. Jusqu’alors, si on avait besoin de pierres de grès, on se servait. Mais en 1835, la municipalité mis à bail ces carrières pour 99 ans afin d’en tirer profit.

L’arrivée de la voie ferrée à Epernon en 1849 va renforcer l’économie locale existante et contribuer au développement du territoire : amplification des échanges, diversification des produits, désenclavement, échanges intellectuels…
Avec ce nouveau moyen de transport, les exploitations des carrières prennent une nouvelle ampleur. D’exploitations locales, elles vont s’ouvrir à de nouveaux marchés. Les pierres meulières et les pavés vont être exportés vers la région parisienne, dans toute la France, puis dans le reste du monde.

Ces carrières faisaient vivre toute le territoire car elles employaient beaucoup d’ouvriers. Néanmoins, à la fin du 19ème siècle, 40% de main d’oeuvre arrivait de l’extérieur. Les meules issues des carrières étaient les meilleures de France et plus de douze millions d’entre-elles furent expédiées dans le monde entier, 97% de la production était exportée. Elles partaient à la Villette à Paris, puis à Rouen, jusqu’en Angleterre. C’est là, que les meules étaient distribuées dans les différents pays.

Entre les deux guerres, les moulins traditionnels disparurent progressivement et apparurent des minoteries modernes, utilisant des cylindres métalliques pour moudre le grain. Ce sera la fin des meules de pierre. De la même façon les carrières de grès furent malmenées par la concurrence étrangère et disparaîtront. Les routes ne seront plus pavées mais goudronnées.

Il nous reste ce joli chemin qui nous permet, pour ceux qui le souhaite de rejoindre le centre ville d’Epernon à pied.

La balade rejoint ensuite assez rapidement les bords de la Drouette, par de petites sentes que seuls les dorasiens connaissent. Nous découvrons le lavoir du Hariat, lavoir couvert de forme ellipsoïdale qui est alimenté par une source et régulé par de petites vannes. Ce lavoir en forme de fer à cheval et à fond pavé a été construit en 1873, suite au décret paru pour faire face aux épidémies de choléra. Nous découvrons également le lavoir de la palombe et toutes les activités liées à la présence de la rivière.

En bref, une balade que nous avons adorée et validée par les enfants !

Un parcours ombragé et varié qui permet de découvrir notre histoire locale.

Si vous souhaitez en savoir plus sur l’histoire des carrières à Droue sur Drouette et Epernon, prolongez votre visite au musée des Meules et Pavés Epernon. Plus d’info ici

Retrouvez le plan du parcours ici

Crédit photo : Office de Tourisme des Portes Eureliennes IDF

Sources : Asso Mosaïque Droue sur Drouette

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :